Traitement et conseil contre la calvitie

Calvitie

Calvitie ou alopécie androgénique

Ce que vous devez savoir :

  • La calvitie ou alopécie androgénique, de cause génétique et héréditaire, constitue une affection courante. Les cheveux tombent parce que les follicules ou racines sont trop sensibles aux dérivés d’hormones masculines circulant dans le sang. Toutefois, les cheveux de la couronne sont protégés des effets de ces hormones.
  • La calvitie affecte jusqu’aux deux tiers des hommes d’origine caucasienne entre 35 et 40 ans et touche dans un degré moindre les femmes (autour de 30 % avant la ménopause).
  • Chez l’homme, la calvitie se déclare d’abord par le recul progressif de la ligne frontale, suivi par la perte plus ou moins étendue des cheveux vers la tonsure. Chez la femme, elle se manifeste plutôt par une diminution progressive et diffuse de la densité capillaire sur toute la tête. La ligne frontale est habituellement peu affectée.
  • En général, une calvitie apparaissant tôt sera plus sévère à un âge avancé que si elle se déclare plus tardivement.
  • Il est normal que la ligne frontale recule un peu à la puberté. Ce phénomène touche 96 % des garçons et 80 % des filles.
  • Environ la moitié des enfants dont l’un des parents est chauve porte le gène dominant de la calvitie.
  • De manière générale, la calvitie évolue progressivement, alternant périodes actives et périodes de rémission.
  • Il existe plusieurs formes d’alopécie, pour lesquelles il faudra consulter un spécialiste. En voici quelques-unes :
    • L’alopécie areata, une maladie auto-immune, causant la perte de cheveux par plaques irrégulière
    • L’alopécie totale, une forme extrême d’alopécie areata, touchant tout le cuir chevelu
    • L’alopécie universelle qui affecte tout le corps
    • L’alopécie de traction qui est causée par une traction trop grande des cheveux (comme une queue de cheval trop serrée)
    • L’effluvium télogène, habituellement temporaire et réversible, causé par un stress intense, physique ou émotif, par certains médicaments ou par des anomalies de la glande thyroïde
    • L’effluvium anagène résultant de l’administration de certains médicaments, comme les agents de chimiothérapie

Solutions contre la calvitie

  • Les gens qui perdent leurs cheveux disposent de plus de solutions que jamais.
  • La transplantation capillaire offre une solution définitive à l’alopécie.
  • Les comprimés de finasteride (Propecia®) et la solution topique de minoxidil (Rogaine®) sont des traitements efficaces contre la calvitie, mais nécessitent d’être utilisés à vie.
  • La biostimulation avec lasers à faible intensité est une alternative intéressante chez les patient(e)s présentant une calvitie naissante ou réfractaire à la chirurgie.

Le PRP (Plasma Riche en Plaquettes) pour combattre la chute de cheveux

Le traitement avec PRP consiste en de multiples injections superficielles dans le cuir chevelu de microgouttes de sérum sanguin duquel auront été éliminés les globules rouges et les globules blancs pour qu’il ne conserve que les plaquettes. Une fois injectées sous la peau, les plaquettes libèrent des facteurs de croissance très puissants qui agissent au niveau des follicules des cheveux pour en stimuler le développement et en ralentir le vieillissement. La qualité des cheveux s’en voit donc grandement améliorée (texture, épaisseur, pigment) ainsi que la densité, surtout si la calvitie est à un stade initial et qu’il est alors encore possible de renverser son processus.

Les candidats au traitement avec PRP

Le traitement avec PRP s’adresse à toute personne souffrante d’un stade léger à modéré d’alopécie androgénétique (calvitie héréditaire) ou désirant améliorer la qualité de sa chevelure.

Tout patient soumis à une greffe capillaire est aussi candidat à ce traitement qui sera effectué pendant la chirurgie pour améliorer le taux de survie des greffons et en stimuler plus rapidement la repousse.

Les étapes du traitement

La première étape consiste en une prise de sang pendant laquelle un ou deux petits tubes de sang sont prélevés par le médecin ou l’infirmière de la clinique.

Ces tubes sont ensuite placés dans une centrifugeuse spéciale qui, en quelques minutes, séparera le sérum (ou plasma) des autres composantes indésirables du sang, les globules blancs et les globules rouges. Les plaquettes, qui représentent la composante essentielle du traitement avec PRP, restent en suspension dans le sérum. Ce sérum enrichi de plaquettes est ensuite prélevé délicatement et réinjecté dans les zones de calvitie à l’aide d’un dispositif injecteur très sophistiqué qui permet l’injection sans douleur du PRP.

Une fois les injections terminées, le tour est joué et il n’y a aucune consigne particulière à suivre.

Le protocole de traitement

Le protocole de traitement peut varier d’un individu à l’autre, selon le sexe et la gravité de la calvitie, mais il requiert, en général, 3 à 4 séances à des intervalles de 2 à 4 semaines. Les résultats seront visibles après quelques semaines, mais il sera indispensable de les maintenir par des séances d’entretien aux quatre à six mois. Il est, en effet, impossible de freiner la calvitie de façon définitive à cause de sa cause hormonale et héréditaire, d’où l’importance d’un suivi rigoureux et de séances de maintien.

Le traitement est simple, rapide, indolore et ne comporte aucun temps de récupération et aucun effet secondaire. Il devrait être inscrit dans un contexte global de restauration capillaire qui se doit d’inclure, selon la gravité du problème, d’autres modalités thérapeutiques, comme le Minoxidil, le Finastéride, la biostimulation, la greffe capillaire traditionnelle ou robotisée. Le patient tirera alors profit de la synergie ainsi créée, pour atteindre un contrôle plus adéquat de la perte des cheveux.